Lights in the Dark présentée aux évêques de la province de Marseille

Les 28-29 novembre au studium Notre Dame de Vie, près de Venasque, s’est déroulée une rencontre de la province ecclésiastique de Marseille (regroupant les diocèses de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Corse), pour se pencher sur la pastorale de la jeunesse, en particulier les 12-18 ans. Huit expériences positives en la matière ont pu être présentées aux évêques, dont celle de Lights in the Dark sur la question des jeunes et d’Internet.

Les dix évêques de la province de Marseille, accompagnés de leurs vicaires généraux, ont participé à cette rencontre :

  • Mgr George Pontier, président de la Conférence des évêques de France, archevêque de Marseille, et son évêque auxiliaire, Mgr Jean-Marc Aveline.
  • Mgr Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio
  • Mgr Christophe Dufour, évêque d’Aix-en-Provence
  • Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon
  • Mgr Bernard Barsi, évêque de Monaco
  • Mgr André Marceau, évêque de Nice
  • Mgr Jean-Philippe Nault, évêque de Digne, Riez et Sisteron
  • Mgr Jean-Michel di Falco, évêque de Gap et d’Embrun
  • et bien sûr Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, qui accueille Lights in the Dark dans son diocèse.

Pendant notre intervention sur le thème « les jeunes et Internet », nous avons pu donner plusieurs chiffres-clefs, comme ceux d’une récente étude Ifop : les jeunes de 13 à 19 passent en moyenne 14h10 par semaine sur Internet, ils sont 77% a bénéficier d’un smartphone et 34% d’une tablette personnelle (chiffres en augmentation). Et de rappeler aussi ce qu’affirme le chercheur Thomas Hoang (1) : « Internet est un nouvel espace anthropologique », tout comme ce constat difficile du Pr. Daniel Arasa (2) au sujet du web catho : « L’internet catholique est un open-intranet ».

Véritable motif d’espérance pour notre mission online, une autre participante (des Parcours Alpha) précisait dans son intervention que 30% des jeunes aiment discuter de religion avec leurs amis (et estiment que leur opinion peut changer), quand jusqu’à 87% des jeunes sont prêts à écouter un témoignage de foi de leur camarade.  Et de rappeler aussi ce qu’affirme la psychologue Julie Saint-Bris (3) : « trop souvent, nous proposons des réponses là où on nous demande des chemins ; nous partons d’une tradition à transmettre alors qu’il faudrait en premier lieu accompagner une naissance ». Rejoignant ainsi la stratégie d’évangélisation des jeunes proposée par Lights in the Dark, qu’un des participants a comparé au passage de la samaritaine, dans l’Evangile (Jn 4, 5-42).

Les axes de Lights in the Dark, ainsi que le projet d’implantation dans le diocèse de Fréjus-Toulon, ont aussi pu être présentés aux évêques :

  1. la mise en oeuvre et l’animation de sites d’évangélisation par Internet (cf nos expériences réussies, montrées aux évêques, y compris notre dernier né, Pie XIII.com).
  2. le lancement d’une académie, baptisée académie Sainte Faustine, pour former les chrétiens à cette évangélisation (en particulier la génération Y, dite des digital natives).
  3. le lancement d’un laboratoire d’innovations et de recherche (théologique, anthropologique, etc.) autour de cette question, pour lancer de nouvelles façons d’évangéliser via le net.

Il est ressorti de façon remarquée, via les groupes de partage entre évêques, que ceux-ci ont remarquablement bien saisis l’urgence de l’évangélisation du « continent numérique ». Il est apparu aussi très clairement que le web reste parfois le seul moyen à notre portée pour aller toucher des jeunes, qui, autrement, n’ont plus accès à l’Evangile, Bonne nouvelle du salut…

Au cours d’un autre échange entre évêques, sur la question « que faire ensemble ? », nous avons pu proposer les services de notre association :

  1. donner des formations à l’évangélisation par Internet (à destination des dir. com. ou responsables diocésains, des animateurs en pastorale ou mêmes des jeunes), soit à Toulon à l’occasion d’une prochaine session de formation sur le domaine de La Castille, soit en nous déplaçant, à la demande, comme nous l’avons déjà fait pour plusieurs diocèses (comme celui de Paris, Nanterre, d’Autun, de Tours, de Sens-Auxerre, ou même de Fribourg en Suisse et de Passau en Basse-Bavière).
  2. la possibilité de contribuer ensemble à la création de sites d’évangélisation : là aussi, plusieurs évêques se sont montrés intéressés : affaire à suivre !

Notons enfin que l’intervention de Lights in the Dark revêtait une importance particulière : le Président de la conférence des évêques de France, présent pendant toute la rencontre, a écrit lundi au Président de la République, concernant le projet de créer un délit d’entrave numérique à l’IVG, pointant le risque d’une véritable atteinte à la liberté d’expression. Un vote de l’Assemblée qui pourrait impacter directement certains de nos projets web présentés ce même lundi…

(1) Professeur associé en communication à l’Université catholique de l’Ouest (UCO)
(2) Université pontificale de la Sainte-Croix – Rome.
(3) Psychologue, auteur de “Quête de soi, quête de dieu ?” éd. Presses de la Renaissance 2009

Encore un mot...
Notre association ne vit que de dons. Pour nous aider à transformer des vies grâce à Internet, faites un don, maintenant : cliquez ici pour faire un don.

Poster un commentaire