Pourquoi et comment évangéliser sur Internet ?

Depuis plus de 4 ans, une association évangélise sur Internet : Lights in the Dark. Trois de ses membres viennent de publier un livre qui contient leur expérience : Evangéliser sur Internet, mode d’emploi  (EDB 2019). Dans cette tribune, ils rappellent qu’évangéliser sur le net est une demande expresse de l’Eglise, qu’il s’agit de témoigner de sa foi, personnellement, sur le réseau des réseaux, mais aussi de compatir aux souffrances des internautes qui entrent en relation avec eux.   

Evangéliser sur Internet, une demande de l’Eglise

Comme le disait Mgr Dominique Rey dans son invitation au deuxième forum annuel e-Mission organisé par Lights in the dark : « La mission première des catholiques sur le web est d’évangéliser. » Avant lui et depuis très longtemps, l’Église, et en premier lieu les papes, nous y invitent. Bien avant l’avènement d’Internet, plusieurs d’entre eux ont parlé de l’importance d’utiliser les moyens de communication moderne pour évangéliser. Cela commence avec Pie XII, qui, dès 1957, dans son encyclique sur « les merveilleux progrès techniques », au sujet de l’annonce de l’Evangile par le cinéma, la radio et la télévision, écrit qu’ils sont pour cela « des dons de Dieu, notre Créateur, de qui dérive toute œuvre bonne. » Internet en sera le prolongement.

 

En 1971, Saint Paul VI affirme dans Communion et progrès que les nouveaux moyens de communication sociale doivent permettre « la proclamation de l’Evangile et la transmission du message du Christ Sauveur jusqu’aux extrémités de la terre ». Il y reviendra encore, en 1975, pour souligner leur capacité d’« étendre presque à l’infini le champ d’écoute de la Parole de Dieu et d’atteindre des milliers de personnes…». Pour Internet, c’est prophétique ! En 1990, s’inspirant de Paul VI, Jean-Paul II prédit « la possibilité d’un dialogue réel entre des peuples éloignés les uns des autres, un partage mondial d’idées et d’aspirations, de croissance dans la connaissance et la compréhension mutuelles, de renforcement de la fraternité au-delà de barrières jusqu’ici insurmontables ». Voici encore les prémices de ce qu’Internet permet aujourd’hui.

Le pape de la nouvelle évangélisation poursuit, en 2002, avec la première lettre du Magistère qui évoque spécifiquement le réseau mondial : « Internet : un nouveau carrefour pour l’annonce de l’Évangile ». Dans ce message, le pape affirme qu’Internet « constitue un nouveau forum sur lequel il faut faire résonner l’Évangile ». Et d’insister sur l’« indispensable contact personnel » dont parlait déjà Paul VI en 1975. Jean-Paul II a donc ainsi parlé le premier d’Internet comme d’un forum au sens romain, d’un lieu à évangéliser, où vivent nos contemporains. Sept ans plus tard, Benoît XVI a précisé cette vision en précisant que c’est non seulement la place du village qu’il faut évangéliser, mais le village lui-même, la ville, son agglomération, la région, le pays, bref, tout le « continent numérique ». Quant au pape François, il a continué, sur cette même lancée, annonçant en 2014, à la suite de Pie XII, qu’ « Internet est un don de Dieu », nous invitant à développer une « culture de la rencontre » dans les réseaux sociaux, à « faire émerger une présence, une présence qui écoute, dialogue, encourage, afin que personne ne soit exclu. » Cette « présence qui écoute », c’est justement ce que nous expérimentons avec le live chat’ (outil de discussion instantanée) que nous avons installé sur nos différents sites destinés à tous ceux qui sont loin de l’Eglise.

Quand le pape invite les jeunes à « sortir du canapé » (et des jeux vidéos ?), ils les appellent aussi à suivre l’exemple d’un certain Carlo Acutis. Ce jeune laïc italien est mort en odeur de sainteté, le 12 octobre 2006, à l’âge de quinze ans, d’une leucémie foudroyante. Ce n’est pas un hasard si François l’a déclaré Vénérable le 5 juillet 2018 : arrêtons-nous un instant sur sa vie. Pour Carlo, l’eucharistie est « l’autoroute du Ciel ». Très doué en tout ce qui concerne Internet, il lance un premier site sur les miracles eucharistiques connus à travers le monde, organise des expositions. C’est un grand succès : il en ouvrira d’autres, pour sa paroisse et ses amis, réalisera des vidéos, devenant ainsi un apôtre du Christ sur le web. Pour le pape, il s’est comporté de façon « géniale et créative », dans l’environnement numérique : « il a été capable d’utiliser les nouvelles techniques de communication pour transmettre l’Evangile, pour communiquer valeurs et beauté. ». Un beau programme pour la mission sur le web !

En juin 2019, à l’occasion d’une session de formation de missionnaires du numérique organisé par une association espagnole, le Pape François leur a adressé une vidéo via Twitter. Le pape invite à « dire les choses avec proximité », sans avoir peur de la tendresse qui est « le langage de Dieu ». En effet, explique le pape, le « Père » s’est présenté au peuple d’Israël comme un « Père qui porte son enfant dans les bras. Il se présente avec une image de tendresse. » « N’ayez pas peur de la tendresse, allez de l’avant ! Engagez-vous avec le cœur, alors vous irez dire des choses de vérité, qui construisent le futur ». N’est-ce pas la manière dont les catholiques doivent évangéliser sur Internet ?

Evangéliser en ligne, c’est témoigner de sa foi et annoncer le Christ

À la fin de l’Evangile de Matthieu, le Christ nous a demandé d’évangéliser : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. » C’est un ordre définitif qui s’applique donc aussi vers « toutes les nations » du continent numérique ! Avant tout, évangéliser est un débordement d’amour : si nous avons rencontré le Christ, nous ne pouvons faire autrement qu’en témoigner pour partager ce trésor autour de nous. Evangéliser, c’est écouter l’autre dans un coeur à coeur, puis donner le témoignage de notre foi, ce qui se concrétise par un court récit de l’expérience de notre rencontre personnelle avec Lui. Cela demande aux missionnaires de faire mémoire de l’action de Dieu dans leur vie, et de pouvoir le restituer en quelques mots. C’est cela qui va toucher : comme le dit Jésus, « Oui, je me rends témoignage à moi-même, et pourtant mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu, et où je vais » (1).

Cela s’apprend et doit impérativement s’expérimenter sur le terrain, qu’il s’agisse des « rues numériques » comme des « rues physiques » dans lesquelles nos contemporains se meuvent chaque jour, plus ou moins indifférents, en recherche, voire assoiffés de connaître leur créateur et sauveur.

Mais le témoignage n’est pas suffisant : comme l’écrivait Paul VI dans son exhortation apostolique sur l’évangélisation dans le monde moderne, le témoignage de vie doit être accompagné d’une annonce du Christ. Témoignage et annonce explicite vont ensemble.

Evangéliser en ligne, c’est aussi compatir aux souffrances de nos contemporains

A l’école de nos papes, nous devons donc, sur Internet, chercher un contact personnel avec tout internaute loin de Dieu, de l’Eglise ou aux périphéries, pour lui témoigner de notre rencontre personnelle avec le Christ et lui annoncer « avec tendresse » cet immense amour que Dieu a pour lui. Nous devons faire des fils prodigue que le Père attend chaque jour sur le pas de sa porte !

Comment procéder, concrètement ? C’est ce que permet de notre live chat’. Lorsqu’un internaute commence une discussion en direct avec nous, sur l’un de nos sites (voir la liste sur lightsinthedark.info), nous essayons de respecter la règle des 4 « C » : parler au Coeur du sujet (le Christ), au Coeur de la personne, avec un Coeur de miséricorde et avec compassion : il y a quelques semaines, une internaute non-croyante qui avait perdu son petit bébé de 3 mois nous a simplement dit, après l’avoir simplement écoutée, via notre live chat’ : « merci de votre compassion ». Oui, notre mission d’évangélisation est aussi une oeuvre de compassion ! Comment pourrait-il en être autrement, lorsque cet été, via notre site lavieapreslamort.com, un internaute de 45 ans, nous dit qu’il veut ensuite mettre fin à ses jours dans les 3 prochains mois ? Ou cette femme qui nous raconte être tombée dans l’ésotérisme ? Ou encore ce monsieur qui a fait un AVC et est resté 40 jours dans le coma ?

Comme le Christ, par l’évangélisation, nous sommes invités à rencontrer de nombreuses Samaritaines, Nicodème, Zachée, visiteurs à toute heure du jour ou de la nuit. Nous sommes tous appelés à devenir des veilleurs-écoutants, aux avant-postes du Net : « Veilleurs, où en est la nuit ? » (3) Nous resterons toujours en service : « Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. » (4). Qui enverra des consolateurs dans Ninive dévastée ? L’Eglise nous invite. Nous avons l’immense grâce de récolter les premiers fruits de notre mission: les premières demandes de baptême, les premiers retours à l’Eglise. Il y a deux jours, une jeune internaute de 18 ans nous a demandé : « comment prier ? je ne sais pas faire… ». Nous ne vivons que de dons, c’est parfois difficile mais quelle immense joie nous est procurée de ces cheminements vers Jésus et son Eglise !

Fin septembre, à Paris, sera organisé le 4ème Congrès Mission, auquel nous participerons : le thème choisi est justement celui de la lumière : « Vous êtes la lumière du monde ». A Lights in the Dark, nous sommes convaincus que si chaque internaute catholique consacrait un dixième du temps qu’il passe sur Internet à cette mission, sa vie missionnaire, spirituelle, en serait, comme pour nous, bouleversée. Alors la prophétie d’Isaïe, dont notre association s’est inspirée pour son nom, se réaliserait aussi dans l’immense continent numérique : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière » (5). Que Marie, étoile de la nouvelle évangélisation, nous guide tous sur ce chemin !

Pour aller plus loin :

 

Notes

  1. Jn 8,14
  2. Is 21,11
  3. Luc 12,32
  4. Mt 5,14
  5. Is 9,1

Laissez votre sentiment