Mgr Dominique Rey : « le numérique est un défi pour l’Eglise » 

Ce mois-ci, Vive Marie !, revue des Petits frères de Marie, publie un dossier sur l’évangélisation sur Internet, avec Lights in the Dark et Mgr Dominique Rey. Voici l’éditorial de ce dernier, dans lequel l’évêque de Fréjus-Toulon insiste sur l’importance de l’e-mission. 

A lire aussi, notre contribution à ce même dossier, Pourquoi et comment évangéliser sur Internet ?

Le numérique, un défi pour l’Église

L’avènement d’une société hyper-connectée a engendré un nouveau monde : comment le chrétien peut-il se situer dans ce monde à la fois virtuel et réel où se côtoient le pire comme le meilleur ? Comment explorer et habiter le « continent numérique » (Benoît XVI) avec un cœur de croyant ? Et si la toile était une sorte de « parvis des gentils » où « ouvrir un espace à ceux pour qui Dieu est encore inconnu » (Benoît XVI) ? Le Christ est-il « rencontrable » sur les chemins du Net ? Comment le réseau internet peut-il offrir une contribution à l’évangélisation et à la rencontre avec le Christ ? Doit-on attendre une lumineuse « Pentecôte numérique » (Père Amar) pour l’Église ? Peut-on espérer passer du clic au déclic ?

Un défi ecclésial

Voilà un nouveau défi que doit relever l’Église. Et comme en chaque domaine, l’Église n’est jamais à la traîne, mais concernant Internet particulièrement, elle avait porté un regard prophétique sur la mutation des relations sociales au siècle dernier. Il y a 45 ans, Paul VI disait déjà : « L’annonce de la foi ne peut pas se passer [des moyens de communication sociale]. Mis au service de l’Évangile, ils sont capables d’étendre presque à l’infini le champ d’écoute de la Parole de Dieu et ils font arriver la Bonne Nouvelle à des millions de personnes […]. En eux, [l’Église] trouve une version moderne et efficace de la chaire. » Il insistait : « L’Église se sentirait coupable si elle n’utilisait pas ce moyen pour remplir sa mission première : l’évangélisation, par une annonce explicite, claire, sans équivoque du Seigneur Jésus. » (Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi, 1975). À ce titre, l’internaute chrétien a un triple défi à relever :

  •  Appréhender une nouvelle façon de communiquer : les médias sur Internet fonctionnent à l’envers : ce sont eux qui vont à la rencontre de leurs lecteurs, par le biais des moteurs de recherche et des réseaux sociaux. Par ailleurs, Internet est devenu le lieu de débat par excellence : forums de discussions, blogs… qui sont un vecteur d’échange essentiel permettant l’émulation d’une communauté de foi d’internautes ;
  • influencer la nouvelle culture numérique : les chrétiens doivent y diffuser la Bonne Nouvelle du Salut. Tout ce qui n’est pas sur Internet n’existe pas pour toute une nouvelle génération… d’où la nécessité d’influencer la culture, la philosophie, les forums d’expression ;
  • évangéliser, c’est-à-dire proposer sans imposer l’amour de Dieu sur le web. Cela passe par une explication claire et sans ambages de l’Évangile, ainsi que par l’incitation à une solidarité vécue avec l’autre.

L’appel des Papes

Benoît XVI avait créé en son temps un Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation afin notamment d’encourager la cyber-évangélisation. Le Pape François quant à lui incite les catholiques à être de véritables « citoyens du numérique ». « Internet est un don de Dieu », nous dit-il.  Les Papes nous appellent donc à lancer des « communautés de missionnaires du web », comme il en existe déjà beaucoup en Amérique latine et en Asie. Chaque paroisse doit avoir son site web, véritable mission online. À nous d’y construire des « cathédrales numériques » (Jean-Baptiste Maillard), si belles que le non-encore-croyant sera émerveillé par la beauté et la cohérence du message chrétien !

Dans mon diocèse, j’ai accueilli l’association Lights in the dark, qui est une communauté d’e-missionnaires catholiques du monde entier s’attachant à évangéliser le continent numérique, comme l’Église le fait sur les cinq continents depuis 2.000 ans. L’action de Lights in the Dark se veut visible et attractive pour y répandre le seul véritable message d’espérance dont tout homme a besoin. Des e-forums sont régulièrement organisés afin de former la nouvelle génération des « digital natives » (ainsi sont appelés ceux qui sont nés avec Internet).

Internet, simple outil

Internet se révèle un outil formidable pour la religion, qui vient étymologiquement du latin religare : relier. Avec ses milliards de liens, Internet n’est-il pas en mesure de relier l’humanité à Dieu ? La toile peut en effet permettre aux croyants de proposer une rencontre avec Dieu. Le web est donc un outil fantastique pour l’annonce de la foi et le contact personnel, mais il ne suffira jamais : l’Évangile a vocation à imprégner tous les domaines (journaux, télévision, cinéma, radio, jeux vidéo…). En tant qu’outil, Internet est donc moralement neutre. Seuls ses différents usages ont une incidence sur le bien et le mal. Internet n’est donc pas en soi la promesse d’un monde meilleur, mais s’il est utilisé pour transmettre l’amour de Dieu, alors oui le web pourra jouer un rôle majeur dans notre monde moderne pour y porter l’espérance de la Vie éternelle, ce bonheur qui est aussi de vivre avec Jésus-Christ au quotidien… qui n’est en rien l’ami virtuel !

Attention donc à la tentation « selfique » de ramener tout à soi sur les réseaux sociaux… L’évangélisation consiste toujours, quel que soit le moyen, à mettre Jésus au centre. Écoutons le conseil que nous donnait S. Jean-Paul II : « C’est ce qui fera d’Internet un espace véritablement humain, car s’il n’y a pas de place pour le Christ, il n’y a pas de place pour l’homme ».

Autre écueil à éviter pour l’internaute chrétien : que le monde extériorisé d’internet ne nous fasse pas oublier l’importance et l’urgence de la vie intérieure, pour qu’elle se développe non seulement en connexion avec les autres, mais en communion avec les autres.

+ Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon

Pour aller plus loin :

Laissez votre sentiment